Qasti Green : la savoureuse cuisine libanaise d’Alan Geaam en version… 100% végétale !

Faut-il encore présenter Alan Geaam ? A ceux qui aiment la cuisine du Levant, assurément pas, tant ce chef est présent à travers ses divers restaurants de Paris. Pour les autres, qui cherchent un bon restaurant libanais à Paris, il convient de leur glisser le nom de ce cuisinier qui sait si bien retranscrire les saveurs de son Liban natal. Le propre des grands chefs, comme des grands artistes, c’est de savoir toujours surprendre ses fidèles. Alors quand on apprend qu’Alan Geaam ouvre une adresse 100% végétarienne revisitant les plats d’une cuisine où la viande à une place de choix, on est autant surpris qu’intrigué.

Cette nouvelle adresse, c’est Qasti Green. On la trouve dans le quartier du Sentier, dans la rue des Jeuneurs. Un micro quartier qui « bouge » bien côté gastronomie joyeuse et populaire. Qasti Green est un nouveau restaurant de Paris confortable et accueillant où l’on peut passer la soirée à s’étonner de goûter des plats que l’on croit connaître par cœur mais qui sont ici composés uniquement de légumes et autres protéines végétales. Côté mezzés, on est déjà habitué puisqu’ils sont traditionnellement largement végétariens. Outre les houmous déclinés en une version pistache et basilic plutôt intéressante, on se régale donc d’un addictif chou-fleur frit au tahini aussi tendre à l’intérieur que croustillant à l’extérieur. Très bien aussi ces chaussons féta et menthe délicieux ou ces fatayers, soit des beignets aux épinards et pignons de pin.

Mais on est vraiment surpris et désappointé lorsque débarque sur la table un shawarma complètement végétal. La viande traditionnellement cuite sur une broche et découpée en fines lamelles est ici remplacée par du céleri et des champignons recouverts de petits morceaux de pain frit. Il faut goûter ça en fermant les yeux, car visuellement on voit bien que ce n’est pas tout à fait de la viande. Mais les yeux fermés, certaines bouchées trompent vos sens d’une manière étonnante. C’est très bon, gourmand à souhait. Et tout ça sans la moindre trace de viande. Bravo ! On est moins convaincu par les versions vegan des soujouks, ces petites saucisses traditionnelles qui sont ici composées de jus de verjus et de sésame. La consistance, déjà, toute molle, fait pâle figure avec les versions originales. Les saveurs, ensuite, sont vraiment déconcertantes. On touche là du doigt la limite de la revisite d’un plat carné en version 100% végétale.

Coté desserts, la carte met à l’honneur les classiques : baklava, kneffeh (pâtisserie à base de fromage, de kadaïf, de beurre et de pistaches) ou le traditionnel mafroukeh (à base de semoule, crème onctueuse et pistaches). Sans oublier une délicieuse glace de chez Bachir…

Au final, Qasti Green, confié par Alan Geaam à sa nièce Zeina Hachem, est une proposition originale qui fonctionne très bien. L’adresse où convier ses amis végétariens mais gourmands de la délicieuse et si savoureuse cuisine du Levant. Pour des tarifs raisonnables puisqu’il faut compter une dizaine d’euros par mezzés et une vingtaine pour les plats.

Qasti Green

41 rue des Jeûneurs

75002 Paris
www.qasti.fr

Par Ludovic Bischoff