Dame des arts : la table mexicano-japonaise entre Odéon et Saint-Michel

Les restaurants d’hôtels à Paris ne sont pas toujours recommandables. C’est en tout cas la réputation qu’ils traînent dans le monde. Et c’est vrai qu’ils jouissent souvent d’une clientèle un peu « prisonnière » des lieux, qui quitte facilement la chambre pour grignoter un vulgaire plat servi à la table « d’en bas ». Cependant, la qualité et la variété de l’offre de restauration forcent souvent les hôtels de Paris à soigner leurs propositions culinaires pour être dans la course. Et séduire aussi une clientèle locale bien utile le jour où les touristes désertent la ville. Si l’hôtel est flambant neuf, en plus, vous aurez l’assurance que le restaurant fera des efforts pour se faire une place dans le paysage. C’est le cas de la table du nouvel Hôtel Dame des Arts qui vient d’ouvrir dans le quartier Saint-Michel, à deux pas de la Seine, de Saint-Germain-des-Prés, de l’Odéon…

Rue Danton dans le 6ème arrondissement, à l’emplacement d’un hôtel sans âme, le groupe EQ Hotels a donné naissance à un hôtel élégant, au design soigné et chic que l’on doit à Raphaël Navot, l’un des designer en vogue du moment. On peut passer devant l’entrée de l’hôtel sans presque s’en rendre compte, en venant de la place Saint-André-des-Arts. Mais dès que la porte vitrée s’ouvre, on pénètre dans un lobby accueillant qui vous conduit d’emblée vers le restaurant occupant tout le rez-de-chaussée. Vous n’avez quasiment pas l’impression d’être entré dans un hôtel tant la salle du restaurant tient une place centrale.  

On découvre d’abord la salle principale dont les murs sont recouverts de demi-cylindres en chêne naturel, signature déco des lieux. De confortables banquettes beiges ou bleu profond accueillent les clients dans une atmosphère où la lumière chaude et tamisée crée une bulle. Puis on accède à une véranda vitrée et chauffée où il est agréable de dîner quand les beaux jours sont encore loin. On profite alors de la vue sur la troisième partie de ce restaurant unique dans le quartier : un jardin extérieur peuplé de palmiers et autres érables du Japon qui sera fort couru dès que l’on pourra y déjeuner au soleil. Bref, voilà un resto avec trois salles, trois ambiances, pour toutes les saisons et toutes les occasions. Très séduisant.

Côté cuisine, c’est un chef mexicain qui officie. Othoniel Alvarez Castaneda y déploie une cuisine fusion, à l’image du quartier cosmopolite et touristique de Saint-Michel. La rencontre de la gastronomie française traditionnelle, des techniques japonaises et des produits mexicains. Une cuisine de partage (para picar en VO!) avec avocat frais, quesadillas aux truffes ou encore de surprenantes huîtres agrémentées de mûres fraîches et d’huile de guajillo (un piment) qui vont surprendre les papilles les plus traditionnelles. L’aguachile de dorade est frais et délicieux, le chou-fleur rôti et recouvert de sauce cacahuète pimentée est du tonnerre et le tostada de thon rouge et poireaux frits vraiment réussi même s’il arrive en petite bouchée et qu’on en mangerai bien un plat tout entier ! 

Côté plats, la carte est courte. Les ribs de porc sont hyper généreux et peuvent nourrir deux voire trois adultes. On regrette juste qu’ils soient un peu secs et qu’ils ne soient pas accompagnés d’une vraie garniture gourmande en plus de la salade et des quelques carottes rôties proposées. Sinon, une joue de bœuf rappelle que nous sommes bien à Paris (elle est proposée avec du chou kale, des navets et des tortillas de maïs pour le rappel mexicain). La carte des desserts joue aussi la fusion des gastronomies comme avec ce churro-Brest qui revisite le célèbre Paris-Brest ou une ganache au chocolat et mole mexicaine parfaite pour les amateurs de cacao…

Au final, le restaurant de l’Hôtel Dame dæes Arts est une super planque dans le quartier Saint-Michel pour échapper à l’agitation de la rue et déguster une cuisine inventive, confortablement installé à l’intérieur ou en plein air dès les beaux jours. Et on ne vous parle pas du rooftop de l’hôtel qui abrite un incroyable bar qui devrait vite proposer quelques bouchées « finger food » à grignoter autour d’un verre. Il offre un panorama à 360° sur les toits de Paris qui termine de séduire le visiteur de passage et le rabibocher avec les hôtels parisiens…

Entrées entre 11 et 24 euros, plats entre 27 et 58 euros, desserts 11 à 13 euros.

 

Hôtel Dame des arts4 rue Danton75006 Paris  

www.damedesarts.com