De Paris à Saint-Tropez, un voyage gourmand en Sicile avec Noto

Noto est l’un des secrets les mieux gardés de la Sicile. Un petit village authentique, bercé par l’océan, préservé du tourisme de masse et au charme incroyable. Lorsque l’on a la chance de connaître Noto, on comprend vite pourquoi ce nom a été retenu pour crée des restaurants important chez nous la dolce vita italienne. Le premier Noto a ouvert à Paris dans le 8ème arrondissement, rue du Faubourg Saint-Honoré. Une seconde adresse a été ensuite créée à Saint-Tropez. Dans les deux cas, une recherche de raffinement dans la décoration et des plats gourmands qui célèbrent la gastronomie sicilienne et italienne. Deux adresses, une même philosophie et une carte commune signée par le chef Emilio Giagnoni. Et pourtant, ces deux Noto sont opérés par deux acteurs différents : Moma Group à Paris et le Groupe Annie Famose dans le Var. Un accord stratégique entre les deux groupes mais la même ambiance dans chaque adresse.

 A Paris, c’est l’architecte Laura Gonzalez qui a été conviée pour recréer le cadre baroque des palais siciliens de Noto en l’associant aux codes de la brasserie parisienne pour un décor très lumineux et frais. A Saint-Tropez, Noto est situé sur le port et affiche une décoration inspirée de l’art de vivre méditerranéen. Si l’adresse tropézienne n’ouvre qu’aux beaux jours, du printemps à l’automne, l’adresse parisienne accueille, elle, les affamés de cuisine italienne toute l’année. Deux sites, deux ambiances mais une carte commune qui permet aux fans de passer de l’une à l’autre sans être trop dépaysés ! 

Dans les assiettes, donc, les grands classiques de la cuisine italienne. Le jeune chef Emilio Giagnoni a fait ses armes auprès du célèbre cuisinier Simone Zanoni au George V. A travers sa carte, c’est tout un hommage à sa région et au patrimoine italien qu’il propose : carpaccio, vitello tonnato, risotto, linguini à la poutargue, trofie al pesto, tiramisu classique ou mousse al limone… Noto ne se limite donc pas à la cuisine sicilienne mais vous entraine de Venise à Palerme en passant par Naples pour déguster le meilleur de l’Italie. Si le crudo de thon à la truffe d’été était un peu submergé par les saveurs puissantes de la truffe, le carpaccio de bar, poivre de Sichuan et piment d’Espelette était lui parfait d’équilibre. Les maccheroni cacio e pepe sont généreuses et gourmandes. Et le mi-cuit de thon au poivre, sauce puttanesca piquante, poudre d’olives et câpres vraiment délicieux. Pas de pizza dans les Noto mais une large carte qui convie aussi bien les poissons et crustacés que les viandes cuisinées dans la tradition régionaliste italienne.  

A Paris, en toute saison, et à Saint-Tropez, sous le soleil, ces deux Noto constituent donc une valeur sure pour les amateurs de restaurant italien, malgré des prix assez élevés (anti-pasti de 28 à 58 euros, pasta de 32 à 78, viande et poisson de 44 à 85 euros). Mais c’est toujours moins chers que de s’envoler pour Noto, le vrai…

 

Noto Paris252 bis rue Faubourg Saint-Honoré75008 Paris

 

Noto Saint-Tropez17 Quai Jean Jaurès83990 Saint-Tropez